• Bigamie, The bigamist, Ida Lupinnno, 1953

     Bigamie, The bigamist, Ida Lupinnno,   1953

    Les vrais cinéphiles et les amateurs de films noirs se doivent de voir tous les films d’Ida Lupino. The bigamist est excellent. C’est un film assez étrange. La trame est celle d’une double vie. Harry est marié avec Eve avec qui il ne peut pas avoir d’enfant. Voyageant beaucoup comme représentant de commerce, Harry finit par rencontrer à Los Angeles Phillys dont il tombe amoureux. Celle-ci est une petite serveuse dans un restaurant chinois. Mais les choses vont se compliquer parce que si d’un côté Eve et Harry manifesté le désir d’adopter un enfant, Phillys va tomber enceinte. Pour la protéger, Harry l’épouse, mais ce faisant il va se trouver sous le coup de la loi qui interdit la bigamie en Californie.

     Bigamie, The bigamist, Ida Lupinnno,   1953 

    Harry et   Eve projette   d’adopter un enfant 

    Ce pourrait être une comédie, d’ailleurs Lautner avait tourné Attention, une femme peut en cacher une autre, film dans lequel il avait choisi de faire de la femme la bigame. Cela aurait pu tout aussi bien donner un mélodrame. C’est en réalité un film noir, aussi bien sur le plan de la technique narrative que de la façon de présenter le point de vue du malheureux Harry comme le résultat d’une triste fatalité. Le film commence lorsque Jordan commence à enquêter sur la vie de Eve et d’Harry parce qu’il veut se rendre compte si les parents seront à la hauteur de leur désir d’adoption. Et puis à partir du moment où il va percer le secret d’Harry, celui-ci se met à raconter à l’aide d’un flash-back l’enchaînement de circonstances qui l’ont amené à cette situation. Car non seulement il est bigame, mais en outre, il a fait un enfant à la souffreteuse Phillys. Coincé entre ses désirs et ses devoirs, Harry va finir par se livrer à la police et sera condamné. Mais l’ambiguïté va bien plus loin puisqu’on ne sera jamais quels sont ses véritables amours, ni d’ailleurs comment cela se terminera puisque son sort restera in fine suspendu au choix des deux femmes : laquelle acceptera de la reprendre une fois sa peine purgée ?

     Bigamie, The bigamist, Ida Lupinnno,   1953 

    A Los Angeles Harry rencontre Phillys 

    Certains y ont vu une histoire d’amour : le couple Harry et Eve étant en bout de course, Harry se tourne vers Phillys et découvre une vraie passion. Rien n’est moins sûr. Bien que le récit soit conduit d’abord du point de vue d’Harry, celui-ci avoue à Jordan qu’il aime les deux femmes. Et que s’il s’est tourné vers Philly, c’est parce qu’il s’ennuyait et qu’il avait besoin de quelqu’un pour qui il compterait, Eve étant très indépendante et très autonome. C’est donc un homme perdu, dans le brouillard de ses idées qui jongle avec les lois de la société.

     Bigamie, The bigamist, Ida Lupinnno,   1953 

    Harry tombe amoureux de Phillys qui est serveuse 

    Ida Lupino est une très bonne réalisatrice, sans doute sous-estimée, trop saluée comme une des rares femmes qui à cette époque était capable de maîtriser un film de A jusqu’à Z. C’est très dommage car elle a un vrai style, très sobre, elle ne juge jamais. En tant qu’actrice c’est une icône du film noir. Mais le film noir était fait pour elle, d’ailleurs elle réinjecte tout ce qu’elle a pu s’approprier sur les tournages de films noirs auxquels elle a participé en tant qu’actrice. La manière de filmer les escaliers, ou les fenêtres abritées de jalousies, ou encore cette façon de caractériser les oppositions entre les villes comme San Francisco et Los Angeles. Les objets de consommation courante et leur vanité, ont une place déterminante, les protagonistes existent à travers un briquet, un autobus, un restaurant ou un costume et un chapeau. Même si la critique sociale n’est pas apparente, ce n’est pas un film à message, elle est pourtant évidente dans déconstruction du rêve américain de la famille et de la réussite matérielle. Et du reste on se demande si ce n’est pas justement parce qu’Harry s’ennuie à mourir dans cet univers étriqué et factice qu’il s’est lancé dans une aventure biscornue – c’est le cas de le dire – dont il ne s’en sortira pas.

     Bigamie, The bigamist, Ida Lupinnno,   1953 

    Jordan découvre le secret d’Harry 

    La distribution est de grande classe. C’est Edmond O’Brien qui domine le film. Il incarne Harry, le maladroit Harry, qui voudrait bien faire et apparaître quelque part comme un héros aussi bien auprès de Phyllis que d’Eve. C’est un très grand acteur habitué des films noirs et des films d’Ida Lupino. Certes il n’a pas un physique de jeune premier, mais il est toujours excellent dès lors qu’il incarne les hommes ordinaires confrontés à leurs démons. Ida Lupino s’est donné le rôle de la prolétarienne Phyllis. Ce n’est pas la première fois. Elle est très bien, fragile derrière son ironie mordante. Joan Fontaine incarne l’opposé, Eve, la fille de bonne famille qui a réussi dans les affaires. C’est elle qui perd le plus dans l’histoire : ayant consacré sa vie à ses affaires, elle ne suscite la compassion d’Harry que parce qu’elle perd son père. On peut se demander d’ailleurs si ce n’est pas une critique voilée du féminisme qui pense que l’égalité entre les hommes et les femmes devrait s’exercer nécessairement dans le domaine très contestable de la réussite matérielle. Elle est excellente dans cette dignité naïve et blessée.

    Bigamie, The bigamist, Ida Lupinnno,   1953  

    Harry ne sait plus comment s’en sortir 

    Si ce n’est pas le meilleur film d’Ida Lupino – en tant que réalisatrice – c’est tout de même très fort et ça vaut le détour. Elle s’impliquait d’ailleurs pleinement aussi dans l’écriture des films qu’elle tournait. On la saluera d’autant plus volontiers qu’elle a souvent été une pionnière dans le choix de ses sujets, que ce soit Outrage ou The bigamist, ou même encore The hitch-hicker, elle a souvent traité des sujets nouveaux ou rarement abordés.

     Bigamie, The bigamist, Ida Lupinnno,   1953 

    Harry est condamné pour bigamie

    « Le troisième homme, The third man, Carol Reed, 1948San-Antonio, Les Con, Fleuve Noir, 1973 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Jeudi 26 Novembre 2015 à 16:29

    Cet excellent film est dans le domaine public et disponible au téléchargement : https://archive.org/details/bigamist_the

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :