• Crime à Marseille

     

    Lendemain de cuite – rue Rigaud, Marseille, 7ème arrondissement

     

    M. Lacroix travaillait à la recette des postes. Il est dépressif ; il ne s’est jamais remis des années passées dans les camps de prisonniers et n’a pas repris son travail depuis 1945. Sa femme, Louise, noie son chagrin dans l’alcool et finit parfois au poste après des esclandres dans les bars du quartier. C’est le cas le 11 juin 1949 quand la police attend qu’elle décuve pour la laisser rentrer. La nuit ne lui porte pas conseil puisqu’elle est à nouveau prise d’une crise d’éthylisme, se dispute avec son mari, à leur domicile du 21, lui assène un coup de fer à repasser, avant de lui trancher la gorge avec un couteau. Elle prend alors la direction du Vallon-des-Auffes pour se jeter du pont.

     

     

     le-vallon-des-auffes.jpg

    La chute de dix mètres n’est pas fatale et elle est transportée à la Conception où on l’ampute des jambes. Mais l’alcool ne conservant pas tout, elle finit par succomber à ses blessures quelques jours plus tard.


    Extrait de Angélique Schaller et Marc leras, Guide du Marseille des faits divers de l’antiquité à nos jours, Le cherche midi, 2006.

     

    « La peur au ventre, I Died a Thousand Times, Stuart Heisler, 1955Zù Cola, Andrea Camilleri, Le petit écailler, 2012 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :