• Le fauve est lâché, Maurice Labro, 1959

    Le fauve est lâché, Maurice Labro, 1959 

    Paul Lamiani est un ancien truand, mais il a travaillé jadis pour la DST. Depuis il s’est acheté une conduite, il a ouvert un restaurant qui marche plutôt bien et il a fondé une famille, sa femme tient la caisse, il a deux enfants encore petits. Mais voilà que la DST a décidé de l’utiliser à nouveau. En effet, il était très ami avec un certain Raymond Maroux qui, lui, a continué sa vie d’aventures. Il s’apprète à vendre des « papiers » qui sont les résultats d’une découverte sur un carburant solide. la DST veut récupérer ces documents et demande à Lamiani de se rapprocher de Raymond et de se débrouiller pour récupérer les dits papiers. Paul refuse, mais la police se débrouille pour l’accuser faussement de trafic de faux dollars pour lui forcer la main. Il va donc simuler une évasion et demander à Raymond de le planquer pour sa cavale. Pendant ce temps des intermédiaires tournent autour de Raymond pour essayer de s’approprier l’invention. Comprenant que le jeu devient dangereux, Paul avoue à Maroux qu’il est en réalité en mission. Maroux est furieux, mais il n’a pas le temps de trop songer à tout ça, en effet il subit une attaque violente de la part des hommes de Donan et décède. Paul va partir à la recherche des documents. Peu à peu il remonte la filière et parvient à forcer Nadine, la jeune et belle femme du vieux Maroux, à les lui remettre. Tout irait bien, mais la bande à Donan a enlever son fils et lui propose un échange contre les papiers.

    Le fauve est lâché, Maurice Labro, 1959

    PauL Lamiani est devenu un chef de famille honnête 

    Le scénario a été écrit à plusieurs mains, mais on attribue souvent à Frédéric Dard la paternité de celui-ci. Il est assez difficile de dire qui a fait quoi de manière précise. Beaucoup d’éléments de l’histoire se retrouveront dans des San-Antonio, comme les heurts avec la hiérarchie, ou la nécessité supérieure de trahir un ami. A côté du nom de Frédéric Dard qui à l’époque travaillait beaucoup pour le cinéma on trouve les noms de Jean Redon et de Claude Sautet – cette triplette se retrouvera d’ailleurs sur le film de Georges Franju Les yeux sans visage. Malgré le côté très conventionnel et simpliste du scénario, le film est précédé d’une bonne réputation. Il a donc des qualités certaines. C’est semble-t-il sur ce tournage que Lino Ventura se liera d’amitié avec Claude Sautet avec qui il montera Classe tous risques. On murmure que sur le tournage Lino Ventura – qui a toujours eu un caractère très difficile – s’est fâché avec Maurice Labro et que Claude Sautet aurait terminé le tournage. Le film est un véhicule pour Lino Ventura qui est devenu une grosse vedette avec Le gorille vous salue bien, tourné l’année précédente. Il a décidé d’ailleurs de ne pas tourner de suite à cet énorme succès, et il va peu à peu infléchir son image vers des rôles un peu plus complexes. On remarque d’ailleurs que dans le fauve est lâché, il est un père soucieux de la santé de ses enfants avant tout, et cette attitude préfigure celle qui sera la sienne dans Classes tous risques, où le truand Abel Danos va effectuer une longue cavale avec ses enfants. C’est une manière d’humaniser l’homme d’action.

    Le fauve est lâché, Maurice Labro, 1959

    Paulan demande à Paul de s’évader

    La mise en scène est signée Maurice Labro, avec qui Lino Ventura avait déjà travaillé sur Action immédiate, un Coplan déjà scénarisé par Frédéric Dard. Labro n’a pas laissé un grand nom dans l’histoire du cinéma. Il a pris en 1957 le tournant du film d’espionnage avant la vague des James Bond et terminera sa carrière entre le film policier et le film d’espionnage sans convaincre la critique de son talent. Il obtiendra quelques succès, notamment pour ce Fauve est lâché, mais n’atteindra jamais les sommets dans le genre commercial. Néanmoins, on remarque que Le fauve est lâché est très bien mené. Il y a du rythme, la photo de Pierre Petit est excellente, et il y a une façon finalement assez moderne pour l’époque de se saisir de l’espace. Par exemple une manière particulière de saisir la sorte de labyrinthe qui se trouve sous les falaises d’Etretat. On retiendra encore la scène de l’échange des papiers contre le gosse de Paul, tournée avec des angles très intéressants. Tout cela ne suffit pas à faire un grand film, mais c’est tout de même un divertissement très convenable, avec des scènes d’action bien menée et assez crédibles.

     Le fauve est lâché, Maurice Labro, 1959

    Maroux est furieux d’avoir été manipulé 

    Evidemment c’est la distribution qui intéresse plus. Et d’abord Lino Ventura qui dans ce film atteint une maturité qu’il n’avait pas forcément avant. Autrement dit, il ne se contente pas de jouer les hommes d’action, il montre d’autres facettes de son talent, notamment dans la manifestation de ses émotions plus ou bien contenues. C’est certainement ce qui a fait que ce film est encore vu et recherché. A ses côtés on va trouver des acteurs un peu spécialisés dans le film noir de la fin des années cinquante. Estella Blain d’abord qui joue les garces avec une belle conviction. Son physique la portait facilement vers le noir. Toutefois, elle n’a pas eu la carrière qu’elle méritait. Courant d’aventure sentimentale en mariage raté, elle rata aussi sa carrière et disparut peu à peu des écrans. Ici elle est très bien en femme cajolant son petit gigolo – un des thèmes favoris de Frédéric Dard. L’ami de Paul est excellemment interprété par Paul Frankeur, une sorte de Jean Gabin, abonné aux seconds rôles de vieux voyous ou de flics sur le retour. Il sera à nouveau confronté à Lino Ventura dans Le deuxième souffle. Bien que son rôle soit assez mince, il lui donne un souffle intéressant. Et puis on va retrouver l’inamovible Jess Hahn qui multipliait ce type de prestation, une crapule jouant essentiellement sur son physique et son accent américain, sans trop se préoccuper des nuances. Sa présence donnait déjà dans un film une tonalité assez peu sérieuse finalement sans qu’on n’ait rien à lui reprocher. 

    Le fauve est lâché, Maurice Labro, 1959

    Paul tente de protéger Nadine 

    Le film connu un très bon succès public et retient maintenant que le temps a passé l’indulgence de la critique comme l’exemple d’un très bon divertissement sans prétention et rondement mené. Il faut bien dire cependant qu’une fois vu ou revu, il n’imprime pas une marque importante sur le spectateur. Notez que c’est le deuxième film produit sur le nom de Lino Ventura après Le gorille vous salue bien. 

     Le fauve est lâché, Maurice Labro, 1959

    Il échappe aux hommes de Donan 

    Le fauve est lâché, Maurice Labro, 1959

    Paul semble coincé sous les falaises d’Etrétat 

    Le fauve est lâché, Maurice Labro, 1959 

    On doit procéder à l’échange

    « Action immédiate, Maurice Labro, 1957 L’étrange Monsieur Steve, Raymond Bailly, 1957 »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :