• Les tueurs de San-Francisco, Once a Thief, 1965, Ralph Nelson

    les-tueurs-de-san-francisco-7.png 

    C’est une des nombreuses contributions d’Alain Delon au film noir. Mais c’est aussi son premier film américain. Produit par la MGM sous la houlette de Jacques Bar, il intervient après L’insoumis d’Alain Cavalier et Les félins de René Clément qui sont deux films majeurs dans la carrière de l’acteur. Le film sera un échec cuisant, non seulement du point de vue du box-office, mais aussi sur le plan critique. Pourtant tous les ingrédients étaient réunis pour en faire un bon film noir.

      les-tueurs-de-san-francisco-2.png

    L’acteur n’a pas encore trente ans. Il est au sommet de sa forme. Il est entouré deux acteurs chevronnés, Van Heflin et Jack Palance et de la très jeune Ann Margret qui commence à se faire un nom à Hollywood. Ralph Nelson est déjà un réalisateur connu qui vient de la télévision et a déjà dirigé Steve  McQueen et Sydney Poitier. L’année suivante il tournera un western efficace qui rencontrera le succès : La bataille de la vallée du diable. Son plus grand succès critique sera Soldat bleu, un autre western pro-indien d’une grande violence. C’est un réalisateur très marqué à gauche et par le combat anti-raciste, il tournera plusieurs fois avec Sidney Poitier, mais aussi avec Jim Brown.

      les-tueurs-de-san-francisco-3-copie-1.png

    Le scénario des Tueurs de San-Francisco est un modèle du genre en ce qui concerne le film noir. Il est signé Zekial Marko qui utilise aussi le pseudonyme de John Trinian, nom sous lequel il publiera de nombreux romans policiers et qui n’est autre que l’auteur du roman dont sera tiré Mélodie en sous-sol. Eddie Pedak est un jeune homme marié qui a une petite fille de quatre ans et qui cherche à retrouver le chemin d’une vie honnête, après avoir passé plusieurs années en prison. Mais son passé va le rattraper. Non seulement il est victime d’un coup monté pour lui faire endosser un crime qu’il n’a pas commis, mais son frère veut l’engager pour une ultime affaire qui doit rapporter gros. Eddie est poursuivi par un flic, joué par Van Heflin, qui a reçu une balle et qui pense que c’est Pedak qui la lui a envoyée. Celui-ci perd son travail, et ne supportant pas de voir sa femme travailler dans un cabaret pour faire bouillir la marmite, il décide  de travailler avec son frère qui est entouré de deux tueurs psychopathes, Tony Musante et John Davis Chandler. Tout cela finira très mal, les tueurs ayant enlevée la fille d’Eddie, il n’aura que le choix de collaborer avec le flic qui le poursuit de sa hargne.

      les-tueurs-de-san-francisco.png

    C’est un drame social, les frères Pedak sont des immigrés récents en Amérique et ils se débattent manifestement avec la dureté de l’époque. Eddie habite dans un quartier pauvre, et il est tout fier d’avoir acheté un petit bateau de pêche à tempérament. Quand le policier lui fait perdre son emploi par son intrusion intempestive, il se confronte aux services qui payent les indemnités chômage, il en ressort vaincu.

      les-tueurs-de-san-francisco-6.png

    Il y a de très bonnes choses dans ce film, la façon dont San-Francisco est filmé, l’écran large bien utilisé. Alain Delon est excellent bien sûr ou encore Van Heflin qui malgré la brièveté de son rôle est très bon. Le hold-up est bien filmé et bien conçu. Le scénario contient un certain nombre d’astuces, comme celle de transformer le policier qu’on s’attend à voir poursuivre de sa hargne Pedak et qui au bout du compte se révèle humain et plein de sollicitude pour la situation dramatique d’Eddie. Pourtant au final le film est complètement raté. Il y a des erreurs de scénario, la femme de Pedak plongeant celui-ci en permanence dans les ennuis, mais il y a surtout quelque chose de décousu, un manque de continuité qui finit par lasser.

           les-tueurs-de-san-francisco-5.png

    « Je suis un criminel, They made me a criminal, Busby Berkeley, 1939Thomas Kelly, Le ventre de New York, Payback, Rivages, 1998 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :