• Malavida réédite Bo Widerberg

    Malavida réédite Bo Widerberg

    Malavida films est une maison de production de DVD qui réédite des films plus que rares, mais de très haute qualité. En ce moment ils se donnent à fond pour une ressortie d’un film complètement oublié et surtout invisible depuis sa sortie en France au tout début des années soixante-dix. Il s’agit d’un film de Bo Widerberg, Joe Hill qui va être projeté au Festival de Cannes le 19 mai.

    Malavida réédite Bo Widerberg  

    Bo Widerberg est un excellent cinéaste suédois dont seulement une filmographie partielle nous est parvenue en France. Ce qu’on en connait surtout, c’est l’aspect social, presque prolétarien, qui nous rappelle d’ailleurs que la Suède avant d’être le modèle de la social-démocratie, a été le théâtre de luttes sanglantes. Adalen 31décrit des conflits sociaux qui pourraient déboucher sur une révolution sociale. Elvira Madigan est une fausse histoire d’amour, une critique plus qu’acerbe des mœurs bourgeoises.

      Malavida réédite Bo Widerberg

    Bo Widerberg était fait pour réaliser un film en hommage à Joe Hill. Ce dernier est un martyre des luttes sociales aux Etats-Unis, un des héros véritables de l’underground américains. Membre du syndicat anarchiste et révolutionnaire IWW qui connut des succès importants et qui visait directement au renversement du capitalisme, il était aussi d’origine suédoise. Il fut victime d’un procès truqué, un peu comme les pendus de Chicago et fut exécuté en 1915. Sa condamnation avait d’ailleurs entraîné des manifestations importantes et violentes. Son souvenir a été perpétué en chansons par les chanteurs de folk songs, et Bob Dylan disait qu’il avait été une source d’inspiration décisive pour son activité. C’est Joan Baez qui interprète la ballade de Joe Hill dans le film. Tout ça pour dire que Bo Widerberg fut au début des années soixante-dix un cinéaste important dans cette fièvre qui s’empara de l’Occident et qui semblait ne vouloir jamais finir. Mais en dehors de ce contexte particulier, il faut se souvenir que les films de Bo Widerberg sont d’une qualité technique irréprochable, à la fois simples et très biens réalisés, dans lesquels le message ne masque pas l’humanité et la poésie.

    Malavida réédite Bo Widerberg

    Aujourd’hui on peut trouver 4 films de Bo Widerberg en coffret chez Malavida, soit en le commandant directement sur leur site, soit en allant jusqu’à leur « Boutika » 6 rue Houdon, 75018 Paris qui a l’air sympa. Le tout pour la modique somme de 48 €. Ça nous permettra de tuer le temps en attendant la sortie en DVD de Joe Hill pour la fin de cette année si on n’a pas la chance de le voir à Cannes. J’ose espérer que ce film recevra l’accueil qu’il mérite. Et que cela encouragera Malavida à nous donner d'autres films de Widerberg.

     

    « James Ellroy, Perfidia, 2015Le cran d’arrêt, The turning point, William Dieterle, 1954 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :