• Parution des cahiers Frédéric Dard, 1er juin 2017

    Parution des cahiers Frédéric Dard, 1er juin 2017

    Frédéric Dard est un écrivain multiple, bien au-delà de San-Antonio, il laisse une œuvre immense dont la parution récente de l’ouvrage de Lionel Guerdoux et Philippe Aurousseau[1] a pu donner un éclairage nouveau à partir de la publication de textes complètement oubliés. Il a tellement écrit sous tellement de noms, que son œuvre est un véritable continent. Jamais ennuyeux, il a donné le goût de lire à plusieurs générations successives. Mais sous cette apparente décontraction, cette manière de ne pas vouloir se prendre au sérieux, il y a un grand styliste qui a peaufiné son talent d’écrivain au fil du temps et de ses expériences littéraires.

    La parution des Cahiers Frédéric Dard, revue dirigée et développée par des universitaires, est une manière de dire l’importance de son œuvre dans toute sa diversité. L’étonnant n’est pas que ces Cahiers paraissent, mais qu’ils ne soient pas parus avant !

    Ce premier numéro insiste donc sur la pluralité de cet écrivain de grand renom. Dans les comptes rendus qui clôturent ce premier numéro, on parle aussi de la renommée de notre écrivain préféré au-delà des frontières. Dominique Jeannerod parle des traduction anglaises de ses « romans de la nuit » qui prouve qu’au-delà de San-Antonio, il était aussi un des maîtres du roman noir, sans doute l’égal des plus grands.

    Le thème de l’enfance qui a été choisi pour ce premier numéro a la particularité d’être transversal par rapport aux différentes approches littéraires que Frédéric Dard a développées, il est aussi bien une clé pour la lecture des San-Antonio, que pour celle des romans noirs qu’il a écrit sous son nom.

    Pour les connaisseurs, ce numéro les amènera à revisiter la vision générale qu’ils avaient de son œuvre, et pour les plus jeunes, ils pourront découvrir de nouveaux aspects de cet écrivain prolifique. C’est en somme une reconnaissance bien plus considérable que la publication de ses œuvres dans la collection de La Pléiade. 

    Parution des cahiers Frédéric Dard, 1er juin 2017

     

     

     


    [1] http://alexandreclement.eklablog.com/lionel-guerdoux-et-philippe-aurousseau-berceau-d-une-oeuvre-dard-frede-a127485814

    « Mortelle randonnée, Claude Miller, 1983La veuve noire, Black widow, Bob Rafelson, 1987 »
    Partager via Gmail

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :