• Qui êtes-vous Monsieur Sorge ? Yves Ciampi, 1961

     Qui êtes-vous Monsieur Sorge ? Yves Ciampi, 1961

    Yves Ciampi est un réalisateur aujourd’hui complètement oublié. Il a eu pourtant en son temps un très bon succès populaire. C’était un homme assez curieux. Médecin de formation, il s’intéresse très tôt au cinéma. Mais ensuite, en 1942 il rejoindra Leclerc et participera à la Libération de Paris dont il filme la progression. Ses sources d’inspiration sont souvent la Seconde Guerre mondiale ou le milieu médical. C’est un cinéaste très atypique, mais Qui êtes-vous monsieur Sorge ? est un peu à part dans sa carrière. Richard Sorge est en effet un espion qui travaillait pour la Russie communiste, donc contre le régime nazi. Il était convaincu par les idées communistes, son oncle avait connu Karl Marx de très près – dans le film on dit que c’est le grand-père de Richard Sorge qui aurait été le secrétaire de Karl Marx. Mais Richard Sorge était très efficace. Ayant monté un réseau d’espionnage au Japon, il avait obtenu des renseignements très importants sur l’attaque de Pearl Harbor puis sur l’attaque de l’URSS par les nazis. Dans les deux cas il ne fut pas vraiment écouté. Mais par contre il avait précisé à l’état-major soviétique que les Japonais n’avaient pas l’intention d’attaquer l’URSS, et donc cela permis à Joukov de redéployer ses troupes plus à l’Ouest pour faire face à l’avancée des armées hitlériennes. Le scénario du film se base sur un ouvrage de Hans-Otto Meissner, un romancier populaire allemand, fils d’Otto Meissner, un homme politique qui joua un rôle dans l’ascension d’Hitler. Il était né à Strasbourg, donc comme son père il avait une double culture française et allemande. Mais après la fin de la Première Guerre mondiale, en Alsace le sentiment anti-allemand était tellement puissant que sa famille dut partir en Allemagne. Hans-Otto Meissner avait choisi la carrière diplomatique et se retrouva en poste justement à Tokyo pendant le conflit. Il connut Richard Sorge suffisamment de près pour que ce dernier soit le témoin de son mariage à Tokyo. Par ailleurs Yves Ciampi était complètement fasciné par le Japon et sa culture. Il tournera en 1957 Typhon sur Nagasaki avec Danièle Darrieux et Jean Marais, mais aussi avec l’actrice Keiko Kishi qu’il épousera et qu’il fera encore tourner dans Qui êtes-vous Monsieur Sorge ?  

      Qui êtes-vous Monsieur Sorge ? Yves Ciampi, 1961

    Journaliste auprès de l’ambassade d’Allemagne à Tokyo, Richard Sorgue est un séducteur. Il seduit la femme de l’ambassadeur, mais aussi Lily Braun et la jeune Yuki Sakurai, ce qui lui permet d’avoir des entrées partout. Egalement il travaille avec Max Klausen, un opérateur radio et sa femme. Très à l’aise avec tout le monde, il se lie d’amitié si on peut dire avec Meissinger, le chef de la Gestapo locale. Il participe à toutes les fêtes de cette petite communauté d’éxilés, et passe pour un bon hitlérien. Cela lui permet de renseigner la Russie sur les intentions militaires du Japon qui se préparent à attaquer la Russie en passant par la Sibérie. Max se fait voler sa serviette remplie de documents secrets, c’est ce qui va mettre les services de renseignements japonais sur la piste de Richard Sorge et de son groupe. Les fuites ne semblent en effet pouvoir venir que de l’Ambassade d’Allemagne. Mais les services de renseignements japonais sont sur les dents et traquent la radio de Max qui émet en direction de Moscou. Sorge prend beaucoup de risques, mais il arrive à savoir quand les Allemands vont attaquer la Russie, ce qui permet à l’armée russe de se préparer. Egalement il transmet les informations sur le fait que les Japonais veulent d’abord attaquer la flotte américaine, à Pearl Harbor, avant que d’intervenir contre la Russie. Bientôt tout le réseau va être arrêté. Bien qu’il y ait des incertitudes sur le sort ultérieur de Richard Sorge, certains ont affirmé qu’il avait été échangé contre des prisonniers japonais avec Moscou, il semble qu’il ait été bel et bien pendu après de longs mois passés en prison.

     Qui êtes-vous Monsieur Sorge ? Yves Ciampi, 1961 

    Sorge fait le point avec son équipe 

    Le récit se veut avant tout respectueux de la vérité historique, et c’est pour cette raison que Ciampi a engagé Hans-Otto Meissner pour construire son film. On verra celui-ci témoigner à l’écran de cet effort de vérité. Pour renforcer l’authenticité du propos, on mêlera des images d’archives de la guerre. Mais cela ne suffit pas à dire la vérité. De nombreux aspects étranges de la carrière de maître-espion de Sorge sont passés sous silence. Par exemple il semble bien que les Russes aient réagi avec beaucoup de retard sur le plan militaire aux informations de Sorge. C’est ce qui expliquerait pourquoi ce soit seulement en 1964, après la déstalinisation, que les Russes reconnaîtront le rôle décisif de Sorge dans la guerre contre les nazis. Hans Otto-Meissner est plutôt mal à l’aise avec ce sujet, sans doute parce qu’il renvoie à des souvenirs douloureux. Mais comme Hans-Helmut Kirst qui sortit en 1960 un autre ouvrage sur Sorge, Sorge l’espion du siècle[1], il s’interroge sur les raisons qui font que Sorge ait trahi son pays. En effet, Sorge s’était bien battu pendant la Première Guerre mondiale, il avait été décoré. Mais ensuite il s’est rapproché des révolutionnaires allemands, version KPD. Les raisons de cet engagement sont passées sous silence. Il avait été pourtant arrêté, poursuivi par la justice pour ses activités révolutionnaires, et le voilà qu’il a ses entrées au cœur même de l’ambassade nazie à Tokyo ! C’est à croire que le système de renseignement nazi était particulièrement défaillant ! 

    Qui êtes-vous Monsieur Sorge ? Yves Ciampi, 1961 

    Max s’est fait voler une serviette contenant des documents compromettant 

    L’autre problème rencontré par le scénario, c’est justement de savoir qui est Richard Sorge. Le film n’y répond pas vraiment. Est-ce un aventurier ? Un homme de conviction dévoué à la cause bolchevique ? Est-ce un simple séducteur qui aime à dominer les femmes et à s’en servir ? Cette faiblesse est cependant compensée par la capacité de Ciampi à saisir la logique d’un groupe d’espions au-delà de la personnalité de Sorge. A cet égard le film ressemble un peu à The little drummer girl[2], l’excellent film de George Roy Hill. Le plus étrange de cette approche est qu’en réalité l’histoire de la Seconde Guerre mondiale ne s’est pas déroulée en Europe, mais bien à Tokyo ! C’est en effet là que les services de renseignements allemands apparaissent les plus faibles. Et c’est ça qui fait de Sorge un personnage capital. Il est très intéressant de mettre en avant le décor japonais de cette affaire, ne serait ce que pour souligner comment les Allemands comptaient se servir de ce pays qu’ils méprisaient, pour conduire leur dessein de conquête du monde en Asie. Ciampi pouvait montrer également combien il aimait le Japon et sa culture. Cette opposition entre une culture japonaise et une culture brutale européenne, allemande pour tout dire, est une grande partie de l’explication de la complexité de l’affaire. La Gestapo par l’intermédiaire du personnage de Meissinger ne fait pas preuve de beaucoup de finesse et se couvre de ridicule quand le réseau de Sorge finit par être démantelé sans qu’elle n'y soit pour rien. 

    Qui êtes-vous Monsieur Sorge ? Yves Ciampi, 1961 

    Richard Sorge est en Chine pour couvrir l’avancée des troupes japonaises 

    Le film a été produit par Jacques Bar, un grand producteur français qui à l’époque avait dans l’idée de viser le marché international. Il produira plusieurs films d’Yves Ciampi, mais aussi René Clément, Jules Dassin et Mélodie en sous-sol qui rapportera une fortune. Jacques Bar permet à Yves Ciampi d’avoir un budget conséquent. Une grande partie du film est tournée directement au Japon. L’image est celle du cinémascope, elle donne peut-être un accent de plus grande vérité. La difficulté est de mener une histoire complexe tout en gommant le carcatère morcelé et parcellaire. De ce point de vue c’est assez réussi. Ayant une habitude des tournages en temps de guerre, Ciampi sait épouser la mobilité des personnages dans l’affrontement. Mais au-delà, il saisit parfaitement l’existence de ce petit milieu isolé et fermé sur lui-même qui est celui qui gravite autour de l’ambassade. L’ensemble de ces personnages sont décalés, sans véritable lien ni avec le pays donc lequel ils vivent et ni avec la mère-patrie. Sorge a cette capacité de naviguer dans des milieux différents, parce qu’il a un but véritable : soutenir le camp bolchevique qui menace de s’effondrer sous les coups de bouttoir des troupes nazies. Les costumes des occidentaux semblent par contre ne pas correspondre avec ce qui se faisait dans les années quarante. 

    Qui êtes-vous Monsieur Sorge ? Yves Ciampi, 1961 

    Le chef des services secrets nippons se fait menaçant 

    Ciampi n’a pas choisi la facilité en construisant la distribution des rôles. Son idée était sans doute de retenir des acteurs au physique assez ordinaire, presqu’anonyme pour mieux ancré son histoire dans une vérité historique plus ou moins bien connue. Sorge est ainsi interprété par Thomas Holtzmann, un acteur de théâtre allemand qui ne ressemble pas vraiment au véritable Richard Sorge. C’était un inconnu, et c’est sans doute pour cela que Ciampi l’a choisi. Il a en effet un physique plutôt étrange, les pomettes très hautes, les yeux en amende, très grand, dégingandé. Il donne en effet un style au film. Mario Adorf est Max, l’opérateur radio. C’était le seul acteur de la distribution qui était un peu connu à l’époque. Cet acteur suisse prolifique aura tourné aussi bien en Italie où il fut un pilier des poliziottesci, qu’en Allemagne. Il est très bien aussi. Deux autres acteurs se font remarquer par leur présence : d’abord Keiko Kiszhi, qui, pour être la femme d’Yves Ciampi, n’en est pas moins excellente dans le rôle de Yuki. Elle y emmène en effet une forme de légéreté qui se retournera finalement contre elle. Elle tournera aussi avec Jacques Deray dans Du rififi à Tokyo, et aussi, un peu plus tard, dans Yakusa de Sidney Pollack. Et puis il y a aussi le très bon Boy Gobert dans le rôle du chef de la Gestapo locale Meissinger. Il est presque touchant quand il espère que Sorge puisse devenir un jour son ami. Dans l’ensemble la direction d’acteurs venant d’horizons très disparates est bien maîtrisée. 

    Qui êtes-vous Monsieur Sorge ? Yves Ciampi, 1961 

    Avant son arrestation, Sorge prévient la Russie de l’attaque sur Pearl Harbor 

    Malgré les limites qu’on a soulignées plus haut, c’est un film très intéressant même s’il hésite un peu entre le drame personnel de Sorge et de ses complices, et l’analyse historique. En tous les cas, il est très original dans le fond comme dans la forme. A sa sortie il eut un grand succès, et une très bonne couverture de presse. Il est étonnant que ce film n’ait pas été réédité en DVD depuis des lustres. On en trouve des copies assez médiocres, issues d’enregistrement sur la télévision qui ne rendent pas assez compte de la qualité cinématographique de l’œuvre. Après le succès de Qui êtes-vous Mr Sorge ? Yves Ciampi s’éloignera des formes ordinaires de la production cinématographique, tournant en Afrique, puis pour la télévision. 

    Qui êtes-vous Monsieur Sorge ? Yves Ciampi, 1961 

    A l’ambassade d’Allemagne personne ne veut croire que Sorge est un espion 

    Qui êtes-vous Monsieur Sorge ? Yves Ciampi, 1961 

    Le vrai Richard Sorge



    [1] Robert Laffont, 1960.

    [2] http://alexandreclement.eklablog.com/la-petite-fille-au-tambour-the-little-drummer-girl-george-roy-hill-198-a114844630 

    « Don Angelo est mort, The Don is dead, Richard Fleischer, 1973Le témoin doit être assassiné, The big operator, Charles F. Haas, 1959 »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :