• the-lawless-1.png

    Joseph Losey est un réalisateur un peu oublié aujourd’hui, alors que dans les années soixante il avait atteint une notoriété considérable, le classant parmi les grands réalisateurs, à l’égal de Welles ou de Bergman. On considérait alors qu’il était important de voir tous les films qu’il avait pu tourner

    The lawless est un des films américains de Losey qui est sans doute le moins connu et qui était jusqu’à maintenant très difficile à voir. Une ressortie en DVD vient combler cette lacune. Comme on le sait Joseph Losey était communiste, lecteur de Marx et de la littérature marxiste, il avait fait un voyage en Russie. Cet engagement politique fort l’entraîna à produire un cinéma très critique, ce qui l’amena ensuite à s’exiler en Angleterre pour poursuivre sa carrière de réalisateur.  

    the-lawless-2.png

    Les jeunes mexisains ne sont pas forcément bien traités dans les champs de tomates où ils travaillent 

    The lawless est typique d’un cinéma américain militant – le titre américain parle de ces mexicains « sans-droit » - qui a été presque tué par ce qu’on appelle par commodité le mccarthysme. Il anticipe  de quelques années, par son sujet et par son traitement, le film de Herbert Biberman Le sel de la terre qui sera tourné dans des conditions épouvantables en 1954. A travers un scénario de film noir, il s’agit de dénoncer la façon dont sont traités les mexicains qui travaillent dans les champs de Californie. Le propos va au-delà du racisme puisqu’il s’inscrit dans la lutte des classes : les mexicains sont traités comme des sous-hommes parce qu’ils sont exploités comme une main d’œuvre bon marché. 

    the-lawless-3.png

    Le jeune Paul qui s’est accroché avec des « blancs » se fait remonter les bretelles par son père 

    Le scénario est signé Geoffrey Homes – pseudonyme de Daniel Mainwaring – d’après son roman. Ce même Geoffrey Homes qui fut à l’origine d’un des chefs d’œuvre du film noir, Out of the past. Scénariste de très nnombreux films, il était aussi un écrivain très engagé, et il échappa presque par miracle à la chasse entamée par l’HUAC contre les rouges.

    Des jeunes mexicains qui gagnent un peu d’argent à travailler dans les champs de tomates où ils sont exploités – leur exploitation est une des conditions de la prospérité des WASP – se querellent un jour avec quelques jeunes gens appartenant à la bourgeoisie locale. Une bagarre s’ensuit. La police intervient et met fin à l’altercation, mais plus tard les jeunes « Américains » vont provoquer les Mexicains lors d’une soirée dansante. Il s’ensuit une nouvelle bagarre générale, et dans la cohue, le jeune Paul qui a la tête un peu chaude frappe un policier qui est intervenu sur les lieux. Pris de panique, il s’enfuit sans trop savoir où il peut bien aller. Dès lors la petite ville de Santa Marta va être en ébullition. Excitée par une presse qui cherche toujours le sensationnel, elle s’engage dans une chasse à l’homme. Le journaliste local, Larry Wilder, comprenant que la situation devient dangereuse va intervenir et sansd doute sauver la vie à Paul. Celui-ci est traduit devant la justice, mais la foule ne s’en contente pas et commence à devenir menaçante. Elle va s’en prendre au journal qui sera détruit. 

    the-lawless-4.png

    Le jeune Joe affirme son racisme et sa morgue face à son père 

    Le racisme est une affaire de classe, voire de lutte des classes : cette vision marxiste est en effet porté par des jeunes Américains, riches et arrogants qui considèrent que les Mexicains sont généralement des sous-hommes des clochards et au fond qu’ils sont à leur juste place dans cette situation inférieure. Mais s’il y a d’un côté l’opposition entre les jeunes Mexicains et les Américains, on trouve aussi une romance entre le journaliste et une jeune Mexicaine. Comme s’il était possible de dépasser les oppositions initiales. Mais le racisme est aussi le résultat d’un comportement moutonnier, la ville dans son ensemble construisant ses peurs et s’en délectant, sans regard critique. 

    the-lawless-5.png

    Paul est finalement rattrapé par la police 

    Le résultat est assez ambigu. Il y a deux défauts qui sautent aux yeux. D’abord le scénario est assez invraisemblable, il repose sur une accumulationa ssez invraisemblable de mauvaises coïncidences qui amènent presque le jeune Paul à se faire lyncher. Il va de Charibe en Scylla, après avoir frappé malencontreusement un policier, il vole une voiture, puis se retrouve mêlé à l’accident de la voiture de la police qui est venu l’arrêter. Ensuite, les oppositions entre les méchants racistes et les bons ouvriers mexicains reste un peu caricaturale. Les jeunes Mexicains ont simplement la tête un peu chaude, ils n’ont pas une once de méchanceté. Une vision plus complexe aurait pu rendre compte du fait que justement le racisme ajouté à l’exploitation économique rend méchant et cruel. Ce manichéisme nuit au propos. Mais il serait injuste de ne voir le film que de ce point de vue. Il y a aussi des bons côtés. Le film s’ouvre par exemple sur une longue explication de la situation des Mexicains. C’est une analyse détaillée de leur exploitation, de leurs difficultés et de leurs peurs. On note que par le ton, ce film peut être rapproché de Border incident d’Anthony Mann, film noir qui prend lui aussi pour point de départ le mauvais traitement de la main d’œuvre mexicaine et qui sera toruné l’année suivant. Bien évidemment il y a aussi cette capacité à saisir le moment où la foule cesse d’être la simple addition d’individualités pour devenir un monstre que plus personne ne contrôle. Mais ça c’est un thème plus commun du cinéma américain. Moins commun est de montré comment la presse manipule et façonne l’opinion, pas seulement pour faire plaisir aux puissants, mais parce que c’est la meilleure manière pour elle d’exister. 

    the-lawless-6.png

    Il est présenté à la police 

    C’est le second long métrage de Joseph Losey, après Le garçon aux cheveux verts tourné deux ans plus tôt et qui traitait aussi de l’intolérance et des différences. The lawless est cependant moins niaiseux. Le film et pas mal de problème et ne bénéficia pas d’un budget important. Les acteurs ne sont pas des acteurs de premier plan, et Losey laissait entendre qu’il avait eu des problèmes avec son actrice principale, Gail Russel, qui était déjà alcoolique. L’intérêt de l’interprétation vien principalement d’avoir mélanger des acteurs habitués à la logique hollywoodienne et des acteurs mexicains dont manifestement une partie d’entre eux ne sont pas des professionnels. 

    the-lawless-7.png

     La foule veut en découdre et va ravager les locaux du journal 

    Bien entendu, malgré ces réserves, il faut voir ce film. La mise en scène, malgré le peu de moyens est brillante, que ce soit l’aspect quasi documentaire de la récolte des tomates, ou les longs plans à la grue filmant la foule en délire, ou encore les gros plans de Paul qui traquent les souffrances et les peurs. Tout cela donne une ambiance assez étouffante et tendue. On notera que le scénario, comme la mise en scène, tente d’éviter les pièges d’une trop grande simplification. Par exemple les violences policières ne sont portées que par un seul policier, les autres sont plutôt respectueux de la loi. Ou encore la première altercation entre les jeunes Américains et les jeunes Mexicains ne prend pas tout de suite un aspect dramatique. Celui-ci ne viendra que progressivement. 

    the-lawless-8.png

    Ferguson se propose de réparer les dégats et de remettre en route le journal

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • gone-girl-1.png

    Sorti en même temps un peu partout dans le monde, c’est le gros succès du moment. Il démarre d’ailleurs fort bien aux Etats-Unis. Film à gros budget, le scénario est fondé sur un best seller de Gillian Flynn qui a été traduit en français chez Sonatine. C’est Gillian Flynn elle-même qui a écrit le scénario.

      gone-girl-2.png

     

    Nick Dunne et sa femme Amy ont quitté New-York pour une petite ville du Missouri dont Nick est originaire. Intellectuels déclassés, ils traversent plus ou moins bien la crise économique qui ravage les Etats-Unis. Mais Amy a disparu à la veille de leur cinquième anniversaire de mariage. Il semble qu’elle ait été agressée, on retrouvera des traces de lutte dans la maison. Nick signale des conditions suspectes de cette disparition à la police, prévient ses beaux parents et sa sœur jumelle. Dès lors sa vie va être sous les projecteurs, et rapidement, il va être soupçonné par la police d’être à l’origine de cette disparition. Des flash-back sont là pour nous rappeler combien cette rencontre fut idyllique, tout en étant très moderne puisque le couple savait aussi s’envoyer en l’air dans les rayons d’une bibliothèque.

    On se rend compte alors que Nick et Amy avaient chacun une vie secrète. Tandis que Nick évitait de sombrer dans la dépression en baisant ses petites étudiantes, Amy se plaignait de la méchanceté et de la violence de Nick. En vérité Amy n’a pas disparu, elle monte un piège pour faire condamner Nick pour meurtre. Ce qui amène celui-i à louer les services d’un grand avocat pour éviter d’aller en prison. Nick comprend dans quel piège il est enfermé et met en scène des contre-feux qui vont conduire Amy à la faute. Celle-ci qui pourtant avait tout prévu va se retrouvre seule et désemparée, ce qui la conduira dans les bras d’un ancien amant, Desi Collins, naguère éconduit, mais toujours transi. Pour ce sortir de son propre piège, Amy sera amenée à le tuer. Cela lui permettra de dédouanner son mari et de revenir à la maison, sans qu’on sache très bien comment ce couple haineux arrivera à se supporter.

     gone-girl-3.png

    L’histoire entre Nick et Amy démarre comme un conte de fée moderne

     

    Il y a plusieurs approches différentes de ce film. D’un côté c’est un thriller plein de rebondissements. Mais de ce point de vue c’est assez raté. Le dernier tiers du film était monté comme une suite de séquences visant à se débarrasser au plus vite de l’histoire et de ses personnages antipathiques et encombrants. D’un autre côté c’est un démontage de la comédie du mariage à l’américaine. L’objectif étant de consommer des gestes, des corps et des objets, le mariage est un spectacle que le couple se donne, avant de tourner à la guerre ouverte entre les époux. Il y a du Strinberg. Si l’homme est un rien désinvolte, c’est tout de même la femme qui porte la responsabilité de cette guerre totale, par sa volonté manipulatrice de prendre le contrôle des corps et des cerveaux. Et même si Nick est conscient de cette violence, il ne pourra finalement qu’y céder. C’est plus qu’un pamphlet contre le mariage, c’est une disection du rêve américain de la jeune fille qui sourit et qui vise à construire un foyer, à avoir des enfants et une belle maison. Tout cette comédie qui se joue autour de l’enfant, qu’on voudrait, qu’on ne voudrait pas, dont on ne saurait quoi faire finalement est le résumé de la condition de la femme à l’âge post-moderne. Heureusement que ce scénario a été écrit par une femme, sinon on aurait pu l’accuser de mysoginie. Mais il est vrai que les hommes n’ont pas assez d’imagination, ni même de perversité pour construire des vengeances aussi scabreuses.

     gone-girl-4.png

    Rapidement la police va soupçonner Nick

     

    Si le film se laisse voir sans ennui, force est de constater que le scénario est bancal et déséquilibré. On l’a dit, la fin est baclée, ou plutôt elle tire à la ligne, elle aurait pu en effet intervenir au moment du retour d’Amy sans que cela change grand-chose. Mais il y a autre chose, une assez grande incapacité à développer les personnages secondaires. Que ce soit Desi Collins ou la détective Rhonda Boney, ils ne restent qu’à moitié dans l’ombre. Tout cela donne un côté hésitant au film, navigant à vue entre le thriller et l’enquête policière, et le film noir mettant en scène la fatalité de la décomposition d’un couple.  

    Ce qui domine et qui fait l’unité du film, c’est tout de même c’est le mensonge : tout le monde ment, de la famille en passant par les amis ou les membres du couple. Derrière les sourires se cahce l’hyprocrisie. Et à la moindre difficulté les masques tombent et la haine remplace l’amabilité de façade. Les médias évidemment participent de mensonge généralisé, mais le public aussi qui fait mine de se passionner pour une histoire d’amour dont il ne connait finalement rien. Amy passera ainsi de « l’épatante Amy » un personnage créé par ses parents, à la perverse Amy qui rêve de liquider son mari, à la naïve Amy qui se fait rouler dans la farine par le premier couple d’escrocs venu.

     gone-girl-5.png

    Nick doit donner des gages publics de son amour pour Amy

     

    Un des atouts majeurs du film ce sont ses acteurs. Ben Affleck grossi pour l’occasion est excellent dans  le rôle d’une sorte de gros nounours qui découvre peu à peu le piège dans lequel il a été enfermé. Mais Rosamond Pike aussi qui mêle une fausse naïveté et une grande perversité en même temps. Mais tous les autres acteurs sont tous très bons, que ce soit Carrie Coon dans le rôle de la sœur jumelle Margo, ou Tyler Perry, l’avocat retors et sûr de lui et bien entendu Kim Dickens dans celui de la détective qui doute d’un peu tout ce qu’elle voit.

    gone-girl-6.png 

    Amy bricole sa vengeance dans son coin

     

    La mise en scène proprement dite pose plus de problèmes. Certes Fincher n’a jamais été un grand réalisateur, il confond souvent image bien léchée et mouvement fluide de caméra avec un style particulier et peronnel. De style il n’y en a pas, et Gone girl ressemble comme une goutte d’eau à d’autres films du même genre, des images bleutées, des lumières qui trouent l’espace nocturne, des oppositions furtives entre la maison luxueuse et les quartiers sordides où se sont regroupés les rejetés de la société de consommation.

     gone-girl-7.png

    Nick a besoin d’un avocat retors pour s’en sortir

     

     

    Le caractère bâtard du film, ses hésitations entre film noir, critique sociale et thriller, laisse comme un goût d’inachevé, même si on peut le voir.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  the-trap-1.png

    C’est un film noir, tourné comme un western. C’est d’ailleurs cela qui lui donne un parfum étrange. Ralph Anderson revient dans la petite ville de Tula où son père est shérif et son frère adjoint. Il fait chaud et tout le monde transpire beaucoup. Mais Ralph n’y revient pas par nostalgie, c’est plutôt contraint et forcé qu’il est là, sommé par le chef mafieux Massonetti de négocier avec son shérif de père le libre accès à l’aéroport. Car en effet Massonetti est recherché par le FBI et cherche à s’enfuir. Massonetti est un homme puissant, à la tête d’une organisation dangereuse que Ralph en tant qu’avocat a servi. Cependant, en revenant à Tula, Ralph va réveiller des vieux démons. Son frère Tippy qui a épousé sa fiancée ne voit pas d’un bon œil ce retour. Son père également qui croit que Ralph a été à l’origine d’un accident, lui fait un peu la gueule. Seule Linda semble contente de le revoir. Ralph va cependant convaincre son père de laisser filer cette canaille de Massonetti. Mais à cause de Tippy qui veut se mettre en valeur, le shérif est tué. Dès lors Ralph n’aura plus qu’un seul but, remettre Massonetti dont il s’est emparé à la justice des hommes. Pour cela il va fuir Tula, dans la petite ville il ne se sent pas en sécurité.

     the-trap-2.png

    Ralph retrouve son ivrogne de frère dans le bureau du shérif

     

    A partir de ce moment là le film décrit la poursuite entre les hommes de Massonetti et Ralph. Il s’agit de traverser une région des plus hostiles où les pièges et les embuscades sont nombreux. Massonetti essaie de soudoyer Tippy qui est plutôt du genre rancunier, et ce d’autant qu’il s’est bien rendu compte que sa femme avait un peu plus qu’un penchant pour son frère. Evidemement dans ce genre de poursuite, les survivants ne seront pas très nombreux, et Tippy y laissera la vie, afin de laisser la place à Ralph dans le cœur de Tina. Massonetti sera finalement arrété et on suppose qu’il sera condamné à la chaise électrique puisqu’il est notoirement l’instigateur de plusieurs meurtres.

     the-trap-3.png

    Ralph, son frère et un adjoitn du shérif essaie d’évacuer leur prisonnier vers Barstow

     

    Il y a donc deux films pour le prix d’un. D’une part un film noir, avec le conflit entre les deux frères, ou entre Ralph et son père, et de l’autre la poursuite à travers un paysage désertique où toute enfructuosité est un possible piège. Le personnage de Ralph est complexe, car s’il a fini par collaborer avec la pègre, c’est parce qu’il voulait démontrer à son propre tyran de père ses talents. Pour cette ambition, il a sacrifié son amour pour Tina qui de dépit s’est marié avec le très fade Tippy. On voit qu’il est facile de transposer un tel scénario à la période de la conquête de l’Ouest quand un homme riche et puissant pouvait imposer sa loi aux autorités constituées. Il y a un petit côté Le train sifflera trois fois dans la détermination de Ralph, presque seul contre tous.

    Si la première partie du film flirte un peu avec l’univers de Jim Thompson, la seconde est plus sage et plus héroïque, tout le monde suit la voie de la rédemption, y compris Tippy qui a la bonne idée de se faire tuer. Mais ce conformisme, très américain, n’est pas très génant, plutôt un peu ronronnant. En tous les cas la dureté de l’aventure, de la course dans le désert, est tout à fait prenante.

    La fin est pleine de rebondissements, avec un piège (The trap est le titre) qui paraît se refermer inexorablement sur Ralph Anderson.

     the-trap-4.png

    Le frère de Ralph est prêt à le trahir pour de l’argent

     

    Bien que Norman Panama ne soit pas très connu, son plus haut fait de gloire est un film avec Danny Kaye, Le bouffon du roi, la mise en scène est excellente. Cette maitrise est surtout évidente dans la première parie, celle qui se passe dans la ville. Le découpage amplifie l’efficacoité des scènes d’action en donnant de la profondeur de champ, en alternant les gros plans et les plans larges, en modifiant les angles de prise de vue au milieu des scènes d’action justement. La seconde partie est moins brillante, certes les paysages désolés sont fort bien utilisés, mais un peu comme dans n’importe quel western.

     the-trap-5.png

    Ralph reçoit un coup de fil menaçan de la bande de Massonetti

     

    L’interprétation pose un peu plus de problème, un peu trop grimaçante à mon goût, mais c’est surtout Lee J. Cobb qui n’a jamais été un modèle de sobriété qui en fait des tonnes. Richard Widmark est très bien, parfois il tord un peu la bouche sur le côté pour se donner un genre, mais c’est bon dans l’ensemble. Le meilleur est sans doute Earl Holliman  qui comme à son ordinaire joue le rôle du mauvais, même si il a quelques excuses pour avoir été un rien négligé par son père. Enfin reste Tina Louise qui est un peu trop statique à mon sens et qui joue plus sur sa plastique pulpeuse que sur son intériorité. Grande, solide, c’était seulement les débuts de sa carrière. Dans le rôle d’un homme de main, on reconnaîtra Lorne Greene qui devait connaître le succès ultérieurement dans la série télévisée, Bonanza.

     the-trap-6.png

    Ralph sauvera Massonetti afin qu’il soit jugé

     

    C’est donc au final une heureuse surprise, un film abouti, même si le déroulement de l’histoire est assez attendu pour les spectateurs d’aujourd’hui qui en ont vu d’autres.

     the-trap-7.png

    Ralph retrouvera à la fois l’honneur et l’amour de la belle Tina



     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le tueur s’est évadé, The killer is loose, Budd Boetticher, 1956 

    Tout commence par le hold-up d’une banque tout ce qu’il ya de plus ordinaire. L’attaque est classique et millimétrée. Au moment de partir, un des gangsters frappe l’employé, Leo Poodle qui a eu le courage de réagir. La police enquête, mettant tous les employés de la banque sur écoute, elle va rapidement piéger Poodle, l’un de ses complices lui téléphonant stupidement. La police est rapidement sur les lieux. Et lorsqu’elle arrive, Poodle tire à travers la porte. Sam et son équipier pénètre dans l’appartement, et Sam, croyant abattre Poodle, tue malancontreusement la femme de Poodle, avant d’arrêter celui-ci. 

    the-killer-is-loose-2.png

    Tout commence par un hold up des plus banals 

    Manifestement choqué, Poodle se laisse arrêter. Il va être condamné à 10 ans de prison. Au moment de son jugement, il jure de se venger de Sam. Quelques années plus tard, pour bonne conduite, Poodle est transféré dans une ferme où il travaille à la culture des laitues. Ayant l’occasion de s’évader, il va le faire, tuant au passage un des gardiens. Dès lors la police est prévenue, Sam est alerté et comprend que Poodle va essayer de tuer sa femme Lila. Poodle se transforme au gré de ses pérégrinations en un assassin : il tue tous ceux qui entravent sa route, et d’abord le couple Flanders, dont le mari est son ancien supérieur durant la guerre. Dès lors Sam va imaginer de tendre un piège à Poodle. Il envoie sa femme chez des amis et attend le tueur chez lui, entouré de ses amis de la police. Cette attente est compliquée du fait que Lila s’est finalement enfuie pour retourner auprès de Sam. Mais le piège fonctionnera, et Sam abattra finalement Poodle sur la pelouse de sa petite maison. 

    the-killer-is-loose-3.png

    Le triste Poodle est choqué car il aété frappé par les gangsters 

    Le film est adapté d’une nouvelle de John et Ward Hawkins publiée en 1968 dans le numéro 248 de Mystère magazine. Ils travailleront pendant de longues années pour la télévision, se consacrant à l’écriture de séries westerniennes comme Bonanza, ou de petits drames policiers.

    C’est un très bon film noir, bref et percutant, à l’esthétique très élaborée. Une série B qui dure à peine 1 heure 13. Film à petit budget, il a été tourné en 15 jours. Budd Boetticher disait qu’il l’aimait beaucoup, qu’il le trouvait réussi. Ce film noir intervenait comme une rupture au milieu d’une grande quantité de westerns. Et quand on voit The killer is loose, on se prend à regretter que Budd Boetticher n’ait tourné que si peu de films noirs. Il était fait pour ça. Il avait un sens de la nuit et des atmosphères banales au sein desquelles surgit soudainement le drame et l’horreur. 

    the-killer-is-loose-4.png

    Sam chargé de l’enquête a mis sur écoute les employés de la banque 

    Evidemment, ce qui fait la force du film c’est l’opposition entre une univers très banal, quotidien – on y voit des employés de banque, des petits couples enfermés dans leur petite maison tranquille – et une violence qui surgit d’un passé plus ou moins lointain. Le tueur est d’ailleurs un homme plutôt effacé, un petit employé de banque, qui porte des lunettes et possède un caractère taciturne. Il était surnommé Foggy, ce qui souligne le flou du personnage. 

    the-killer-is-loose-5.png

    Sam attend que quelqu’un appelle 

    Ce quotidien c’est aussi celui de Sam qui passe des heures à espionner mornement le téléphone des employés de banque et qui pour tromper l’attente lit le journal. Mais ce quotidien, c’est aussi celui des intérieurs américains de la classe moyenne, le petit pavillon, la cuisine et ses objets rutillants – la cuisinière, le frigo – qui sont des marqueurs de la réussite du rêve américain et de la société de consommation. On comprend d’ailleurs que c’est cette volonté consumériste qui pousse Lila a se disputer avec Sam en lui disant qu’elle ne comprend pas pourquoi il ne laisse pas ses collègues s’occuper de Poodle. 

     the-killer-is-loose-6.png

    Après avoir essuyé des coups de feu, Sam pénètre chez Poodle et tire 

    Le film maintient comme il se doit ambiguïté, il oscille entre une sympathie évidente pour le tueur, sa femme est morte, victime d’une bavure, et l’horreur que suscite le fait qu’il n’arrive plus à contrôler ses pulsions. On verra d’ailleurs que si ces pulsions violentes remontent à la surface, elles sont une résurgences des années que Poodel a passées à la guerre. Et d’ailleurs son supérieur est là pour lui rappeler de mauvais souvenirs : Otto Flanders est présent au moment du hold-up, comme un chat noir annonçant le désastre. Attiré par sa maison, Poodle tombera dans le piège d’Otto qui finalement l’amènera à l’abattre. Le couple Flanders est d’ailleurs complètement horrible et sans vie. La femme est peureuse, le mari est arrogant et cruel. Ils n’ont même pas les motivations de Poodle. En effet, celui-ci était très attaché à sa femme et en la perdant, il a tout perdu.  

    the-killer-is-loose-7.png

    Poodle est effondré par la mort de sa femme 

    Le scénario est construit d’une manière assez atypique puisqu’il se concentre sur Leon Poodle, sans considération pour ses autres complices dans le hold-up de la banque. On ne saura donc pas ni quand, ni comment Poodle s’est acoquiné avec eux. On ne saura pas non plus ce qu’ils sont devenus,  Poodle ne semblant pas les avoir vendus à la police.

    De même la bavure de Sam qui a tué une innocente, ne l’ébranle pas plus dans ses convictions, ce qui le fait apparaître finalement comme moins humain que Poodle. Il ne semble même pas avoir de remords, protégé par la logique d’avoir fait son devoir. C’est donc bien là que se situe la réussite du film, de s’être concentré sur le tueur, sa souffrance et sa déterminantion à se venger. Ce n’est cependant pas un film psychologique, le ton est comportemental. C’est la matérialité de l’action qui guide l’histoire, c’est pourquoi on n’aura pas vraiment d’empathie pour le tueur. 

    the-killer-is-loose-8.png

    Pour bonne conduite, Poodle est envoyé dans une ferme 

    Comme il se doit, un tel film ne peut reposer que sur une très bonne interprétation. Si elle n’est pas faite de stars de premier plan, elle est tout de même soignée, sans doute est ce elle qui a absorbé la plus grande partie du budget. Celle-ci est dominée d’ailleurs par Wendell Corey qui joue Poodle le tueur à lunettes. Les lunettes du reste le transforme complètement par rapport aux rôles qu’on a l’habitude de le voir jouer. Elles lui donnent une allure taciturne. Wendell Corey trouve ici un de ses meilleurs rôles, tout en finesse. Il faut voir sa détresse lorsqu’il constate que sa femme a été abattue par Sam.

     the-killer-is-loose-9.png

    Poodle s’est chappé, et Lila a peur 

    Joseph Cotten est très bon en Sam, héros du quotidien et du devoir. Mais il faut bien le dire, il est plus ordinaire. A ses côtés, Rhonda Fleming, la belle rouquine aux seins en obus, toujours vivante d’ailleurs, joue le rôle de Lila, une femme un peu capricieuse et assez bornée finalement. Elle représente ces femmes américaines en voie d’émancipation qui sont en train de prendre le pouvoir, en commençant par prendre le contrôle de la cuisine ! Son mari a bien du mal à résister à une telle tornade.

    Mais comme souvent dans ce genre de films, les seconds rôles sont aussi bien typés qu’excellents.  

    the-killer-is-loose-10.png

    Sam annonce à Lila qu’il l’emmène en vacances 

    Comme on l’a dit, c’est l’opposition entre une vie ordinaire et monotone et l’explosion de la violence qui en fait le charme. C’est en ce sens que le choix des décors est déterminant. Le hold-up se passe dans une toute petite agence d’une banque provinciale, au cœur de ce qu’on comprend être une toute  petite ville. Les rues sont larges et tranquilles, la circulation fluide. Cette atmosphère va être renforcée par la manière de filmer les rues en plans larges et continus, dans l’enfilade des maisons et des trottoirs. 

    the killer is loose 11

    Poodle s’est réfugié chez Otto Flanders avec qui il a fait la guerre 

    Ce décor bêtement quotidien permet d’ailleurs à Budd Boetticher de donner toute leur importance aux véhicules, que ce soit les voitures – les magnifiques américaines des années cinquante – ou le bus. Mais cette ville brille d’un autre feu lorqu’il s’agit de la nuit. Bardée de néons, elle fait surgir des ombres menaçantes, tout autant qu’attirantes. Lila est d’ailleurs conduite par la nuit à la rencontre du tueur par une force qui la dépasse. En effet que peut bien faire une femme jeune et belle, et aux seins comme des obus, à battre le pavé à ces heures pâles de la nuit ? 

    the-killer-is-loose-12.png

    Poodle menace Otto et sa femme 

    Une des très bonnes idées du film est aussi de situer une grande partie de l’action sous la pluie. Ce qui permet non seulement de capter les reflets des néons dans la les flaques d’eau, mais aussi de donner aux lieux un côté encore plus ordinaire. Du reste c’est la pluie qui permet à Poodle de se camoufler dans un imperméable de femme. La nuit et la pluie sont ses deux meilleures alliées.  

    the-killer-is-loose-13.png

    Sam met un piège en place, en espérant que Poodle viendra jusqu’à lui 

    Tout l’art des films de série B réside dans leur densité. Il ne faut pas que ça traîne. Non seulement le rythme doit être élevé, mais il fait aussi que les séquences soient brèves. Le début comme la fin de The killer is loose, sont des modèles du genre. On ouvre directement sur le hold-up. Et certainement que ce film a été vu par Jean-Pierre Melville qui me semble s’en être inspiré pour l’ouverture d’Un flic. D’ailleurs, l’un des complices du hold-up n’est il pas aussi dans ce film une personne tout à fait ordinaire qui se trouve plus ou moins par hasard contrainte de participer à l’attaque d’une banque. On remarquera dans cette scène d’ouverture l’utilisation des angles de rue, des longues perspectives désignant aussi bien le danger potentiel que les lignes de fuite. 

    the-killer-is-loose-14.png

    Lila cherche un taxi sous la pluie 

    Il y avait en effet matière à tirer un film de trois heures, comme c’est la mode aujourd’hui [1]. Par exemple, dans le bus qui amène Lila chez elle, on s’attend à ce qu’on y rencontre Poodle, et elle-même semble le reconnaître dans un passager qui porte aussi des lunettes. Cette crainte n’est que suggérée et passe aussi vite qu’elle s’est manifestée dans le regard de notre rouquine de service.

    Mais la scène finale, quand Poodle se fait descendre, est tout autant remarquable de sobriété. Un mauvais réalisateur, disons Hitchcock, aurait tiré sur la ficelle, soulignant le danger avec des mines allongées des protagonistes, les yeux agrandis par la peur. 

     the-killer-is-loose-15.png

    Lila qui n’en fait qu’à sa tête retourne ches elle 

    Toutes les scènes qui voient Lila marcher dans la ville sont remarquables de ce point de vue, que ce soit quand elle entame son périple pour rentrer chez elle, ou quand Poodle la prend en chasse. La photo du grand Lucien Ballard est très bonne. Lucien Ballard a non seulement été le technicien de Sam Peckinpah pour The wild bunch, mais il a été sur le tournage de nombreux films noirs comme The killing, Murder by contract et bien sûr pour l'autre film noir de Budd Boetticher, La chute d’un caïd. 

     the-killer-is-loose-16.png

    Poodle a pris la voiture d’Otto 

    C’est donc un très bon film noir, vif et enlevé, réussi sur le plan de l’esthétique, mais que la critique a un peu oublié, contrairement à d’incontestables navets comme ceux qu’Hitchcock cultivaient en quantité industrielle. Bref pour ceux qui ne le connaissent pas encore, ils doivent se précipiter dessus.

    the-killer-is-loose-17.png

    Camouflé  dans un imperméable de femme, Poodle s’approche de chez Sam  

    the-killer-is-loose-18.png

    Lila s’aperçoit qu’elle est suivie 

    the-killer-is-loose-19.png

     Budd Boetticher sur le tournage

     

    [1] C’est d’ailleurs une maladie qui sévit aussi bien dans le cinéma que dans la littérature d’en rajouter. Mais il n’est pas sûr que la qualité en soit améliorée pour autant. Je ne dis rien de James Ellroy et de son indigeste pavé Underworld que je ne suis pas arrivé à finir.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • le-parfum-du-diable-1.png

    Le temps ayant passé, on oublie que dans les années soixante-dix, l’Italie s’était faite, à côté des grandes comédies dramatiques, aussi une spécialité de petits films policiers nerveux, tournés en décors naturels et souvent violents. A mon sens, ils représente une catégorie à part en regard des films américains et français. Le plus célèbre des réalisateurs de ce genre était Umberto Lenzi, mais à côté de lui on trouve aussi Sergio Martino, dans un registre un peu plus léger tout de même. Il ne faudrait pas cependant que cela nous laisse croire que ces films n’ont comme qualités que d’alimenter une nostalgie, ils possèdent aussi des formes particulières de tournage sur lesquels on reviendra. Mais avant tout ces films visaient un public populaire en essayant d’en épouser la culture.

     le-parfum-du-diable-2.png

    Luca commence à exercer ses talents dans un casino clandestin

     

    Luca Altieri est un tricheur qui joue au poker. Rafflant une somme importante, le patron du casino décide de l’engager pour qu’il travaille pour lui, en lui promettant 10% des bénéfices récoltés. Luca s’enrichit particulièrement vite, il porte des beaux costumes rayés, il remplace son vieux scooter par une puissante moto. Mais il va tombé amoureux de la femme du fils du patron. Maria-Luisa est en effet marié à Corrado, un rustre, arrogant, qui profite de son statut de fils du patron. Luca va donc vivre une histoire d’amour torride avec la belle Maria-Luisa qui ne vit avec Corrado que pour son argent. Mais elui-ci est un brin jaloux. Avec une grande lâcheté il va briser les mains de Luca, pensdant que celui-ci ne l’affrontera pas dans une partie de poker en tête à tête. Pourtant malgré ses blessures Luca sera là et emportera le duel.

    Mais Corrado ne se tient pas battu, il va envoyer ses tueurs à la recherche de Luca qui se remet tant bien que mal de ses blessures dans une ferme des environs de Milan. Luca échappe à la tentative d’assassinat et décide de partir avec Maria-Luisa sur la Côte d’Azur. Le père de Corrado leur ayant laissé un pactole de 70 millions de lires. Mais pendant ce temps, Corrado va faire un coup d’Etat et tuer son père pour s’emparer de son pouvoir. Pour lui les choses seront difficiles, car il n’a ni l’envergure, ni les relations de son père, et tout le monde le méprise. Victime d’un chantage de la part d’un policier véreux, il le fera abattre. Mais pour lui l’essentiel est de se venger de Luca qu’il considère comme la source de tous ses malheurs. Il y parviendra en l’attirant dans une partie piège. En effet, Maria Luisa est enceinte et Luca veut se refaire. Il va cependant s’apercevoir qu’il est traqué à nouveau par les tueurs de Corrado et s’enfuir avec Maria Luisa sur sa moto. Si les tueurs seront défaits et avec eux Corrado, Luca perdra à la fois Maria-Luisa et l’enfant qu’elle portait.

     le-parfum-du-diable-3.png

    Séduit par la beauté de Maria-Luisa, il l’a séduit à son tour

     

    Comme on le voit les producteurs ont misé sur un scénario assez compliqué qui tente de prendre à revers le spectateur, notamment par une fin peu conventionnelle. Et même si les rapports entre le père et le fils, propriétaires d’un casino clandestin, sont en quelque sorte la clé du film, ceux-ci ne sont pas examiné du point de vue de la psychologie, mais plutôt comme un levier de l’action. Maria-Luisa est une femme vénale qui va trouver le chemin de la rédemption dans l’amour que révèle Luca. Mais celui-ci aura bien plus de mal à retrouver le droit chemin et à abandonner son vice : le jeu. Car Luca n’est pas un personnage tout à fait moral. Certes, il est léger, pas vraiment méchant, mais en même temps c’est un tricheur professionnel qui a peu de conscience de ce qu’il y a de mal à escroquer son prochain pour essayer de vivre sans travailler.

     le-parfum-du-diable-4.png

    Le très violent et jaloux Corrado fait briser les mains de Luca

     

    Mais tout cela ne suffirait pas à faire un bon film si la mise en scène n’était pas à la hauteur. Or, elle l’est. Aussi bien dans l’utilisation des décors réels de Milan, que dans le développement des scènes d’action qui sont rapides et toujours assez brèves. Par exemple il y a de l’inventivité à filmer l’assassinat du policier corrompu qui essaie de faire chanter Corrado. Le montage qui alterne les plans généraux filmés à la grue et les plans rapprochés qui montrent l’étonnement du policier, la détermination des tueurs, est excellent. Les bagarres de rue sont plus conventionnelles, comme la poursuite finale sur la corniche. Parmi les scènes à retenir il y aussi le meurtre du Président par son propre fils qui le balance dans les escaliers, jouissant du spectacle, tout en en craignant l’issue.

     le-parfum-du-diable-5.png

    Corrado en ayant assez de subir la loi de son père l’assassine

     

    La direction d’acteur est bonne. Dans le rôle du héros on retrouve un acteur français bien oublié depuis, Luc Mérenda. C’est un acteur méconnu essentiellement parce qu’il tourna principalement dans des films de genre de catégorie B, commençant d’ailleurs par incarner OSS 117 où il vaut largement le médiocre Jean Dujardin. Doté d’un physique athlétique et charmeur, il n’était pas un mauvais acteur. S’il a disparu, c’est probablement parce qu’il s’est encalminé dans le cinéma italien de genre, notamment sous la direction de Sergio Martino. Sans doute n’avait-il pas la volonté de mieux gérer sa carrière. Ici il est plutôt bon.

     le-parfum-du-diable-6.png

    Luca et  Maria-Luisa accueille les sbires de Corrado

     

    Dayle Haddon est plus problématique, certes sa plastique est sans défaut, et elle a de beaux yeux, mais elle manque singulièrement de nerf. Toutefois cela n’a pas grande importance car son rôle est plutôt passif et en retrait. Le reste de la distribution est complétée par Corrado Pani qui est bon dans le rôel du fils névrosé, et par Enrico Maria Salerno, toujours égal à lui-même dans celui du président.

     le-parfum-du-diable-7.png

    Corrado fait exécuter un flic corrompu

     

    L’ensemble présente une belle réussite dans le genre populaire, à la fois léger et nerveux, sans tomber dans la caricature, ni la niaiserie. Certes, les références du scénario sont largement empruntées à des films américains. On reconnaîtra l’écrasement des mains, ou la méditation entre Maria-Luisa et Luca au bord de la plage, comme dans The hustler, ou les parties de cartes issues de The Cincinatti kid.

     le-parfum-du-diable-8.png

    Maria-Luisa doit subir une intervention chirurgicale

     

     

    Il est dommage que ce type de film ne soit plus connu aujourd’hui en France que des spécialistes. En tous les cas, sans être un chef d’œuvre, La citta’ gioca d’azzardo vaut le détour.

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique